Je me souviens qu'il n'y a pas si longtemps, je cherchais un emploi, et j'envoyais régulièrement des candidatures spontanées à des entreprises dans lesquelles j'avais envie de travailler. C'est d'ailleurs de cette façon que j'ai déniché mon premier emploi, qui m'a conduit à créer et à gérer pendant cinq ans un laboratoire d'oenologie dans ma jolie région bordelaise. Mais je m'égare.

Lors de cette première recherche d'emploi, rien ne me faisait plus plaisir que de recevoir des réponses, même négatives, de la part des entreprises que j'avais contactées. Depuis la création de Temesis, je suis de l'autre côté de la barrière, et il se trouve que la visibilité et les thèmes abordés sur les sites Temesis et Opquast donnent envie à pas mal de monde de nous rejoindre. Je reçois un nombre très important de candidatures spontanées par téléphone, courrier ou courriel, et les demandes portent sur de multiples compétences ou missions, de la demande de stage au contrat à durée indéterminée, en passant par les contrats en alternance.

D'un point de vue éthique, il est inadmissible de ne pas répondre à ces candidatures. D'un point de vue pratique, je n'y arrive pas toujours. Certes, j'ai mis au point des modèles de réponses pour les sollicitations par courriel, mais je trouve ça affreusement plan-plan, et lorsque je réponds, je m'efforce toujours de mettre un mot personnalisé.

Alors, pour tous ceux qui nous ont écrit et auxquels je n'ai pas répondu, je tiens à présenter mes excuses ici-même. Vous seriez d'ailleurs en droit de ne pas les accepter.

En attendant, pour ma défense, je peux juste vous dire que la cause en est le manque de temps, temps que nous passons essentiellement à développer nos activités pour.... embaucher, entre autres choses, qui sait.

Espérant donc pouvoir donner de très nombreuses réponses positives dans les années à venir, j'espère que vous nous en voudrez pas trop.

Cordialement
Elie Sloïm