Atelier ServicePublicLocal

Service-Public Local est une solution proposée par la Caisse des Dépôts et Consignations aux collectivités locales pour intégrer sur leurs sites Internet des contenus administratifs mutualisés. Après avoir collaboré pendant quelques mois à une mission concernant une nouvelle brique de services, Service-Public Local m'a demandé d'animer un atelier sur l'accessibilité au cours d'une rencontre avec les adhérents le 25 novembre 2005. Voici une petite restitution de cette journée :

La matinée était consacrée à la présentation des évolutions de la plate-forme SPL, et à une séance plénière sur l'accessibilité. Nous avons pu apprendre que l'accessibilité des flux proposés par SPL atteindraient le niveau A des WCAG 1.0 d'ici quelques mois et que l'objectif final était d'atteindre au plus vite le niveau double A. C'est déjà une excellente nouvelle pour toutes les collectivités locales qui utilisent le service.

La plénière, animée par Jacques-François Marchandise, du cabinet Proposition, accueillait Madame Kompany, de la délégation interministérielle aux personnes handicapées, Madame Annie Henrion de l'ADAE et Bénédicte Rouiller, chef de projet Service-Public.fr.

Madame Kompany nous a éclairé sur les différents types de handicap, et a remis en perspective l'importance sociétale de l'accessibilité des services en ligne pour les personnes handicapées. Madame Annie Henrion a quant à elle apporté quelques précisions sur le déploiement législatif de la loi de février 2005 pour l'égalité des chances. Les décrets d'application devraient sortir au début de l'année prochaine. Le référentiel accesssibilité des services en ligne de l'administration française est en cours de refonte. J'ai appris au cours de la présentation de madame Henrion que des critères ergonomiques et qualité pourraient comme dans la version précédente être intégrés dans ce référentiel. J'ai cru comprendre que ces critères pourraient également être classés en trois niveaux.

Cette information m'a particulièrement intéressée, puisqu'à la suite de l'appel à commentaires de l'ADAE sur ce référentiel, j'avais fait remarquer que les critères actuels basés sur les travaux de Jakob Nielsen et Marie Tahir présentaiet le désavantage d'être souvent flous et non vérifiables. J'ai ainsi proposé il y a quelques mois une liste de critères validés par la communauté Opquast, tous vérifiables en ligne, non inclus dans les règles d'accessibilité et ne couvrant pas non plus le e-commerce.

A partir d'un tri des 153 bonnes pratiques Opquast, seuls 80 critères présentent ces caractéristiques. Ils ont été transmis à l'ADAE, mais je n'ai pas eu de nouvelles pour l'instant. Une liste de critères vérifiables, réalistes, déjà appliqués, francophones, et classés en trois niveaux progressifs mérite j'espère qu'on s'y penche sérieusement, non?

Autre info importante, le fameux délai de trois ans ne pourrait courir qu'à partir de la sortie de la nouvelle version du référentiel. Comme prévu, c'est le niveau AA (ou argent, à quelques critères près) qui sera requis. Pour finir, le domaine des sanctions est encore à débroussailler. L'accessibilité d'un site n'étant pas un élément statique ou binaire, la loi ne pourra s'appliquer de manière simple et binaire. Il faudra donc innover. Les notions de liste noire et de sanctions financières sont dans la course, mais comme l'a dit Annie Henrion, les budgets de mise en accessibilité sont déjà restreints, il n'est peut-être pas si pertinent que ça de charger la barque avec des sanctions financières pour les récalcitrants.

Je suggèrerais bien le procès de type stalinien avec autocritique des accusés, mais je crains qu'on ne me considère comme un peu trop radical en matière d'accessibilité ;-)

Plaisanterie mise à part, tout cela n'a fait que confirmer mon avis, à savoir que l'obligation légale ne sera un vrai levier que pour ceux qui n'ont pas encore compris l'intérêt de l'accessibilité numérique pour tous les usagers d'un site, mais également pour ses administrateurs. Et bien entendu, c'est l'une des dimensions que nous avons évoqué dans l'atelier que j'animais l'après-midi.

Quatre intervenants étaient présents à mes côtés :

  • Françoise Berthier (Caisse des Dépôts)
  • Olivier Roumieux ( La documentation Française)
  • Philippe Cezard (Ville de sèvres)
  • Nicolas Descloux ( Le grand Chalon)

Après une rapide présentation par votre serviteur des différents organismes et standards existants et de la façon dont ils ont conduits à la première version du référentiel ADAE, Madame Berthier, informaticienne à la Caisse des Dépôts et malvoyante, a mis en évidence ses difficultés quotidiennes en matière de navigation sur des sites Internet.

Olivier Roumieux a présenté la démarche de la documentation Française, et a mis en évidence deux aspects essentiels : la conduite à tenir lors de la reprise progressive d'une grande quantité de contenus, mais également le levier accessibilité et standards en tant que démarche qualité sur le long terme. Inutile de vous dire que je buvais du petit lait ;-)

Philippe Cezard, Directeur de la communication de la Ville de Sèvres, a montré comment la démarche d'accessibilité sur les sites pouvait s'intégrer comme une brique d'une approche plus globale de mise en accessibilité de tous les services aux usagers de la ville, qu'il s'agisse des services hors ligne ou en ligne.

Nicolas Descloux nous a présenté la démarche retenue pour le site de la communauté d'agglomération du Grand Chalon. Comment obtenir un très haut niveau d'accessibilité en effectuant une refonte complète d'un site, et en repartant de zéro. Nicolas est très clair : choisir un prestataire capable d'accepter des pénalités pouvant aller jusqu'à 30% de l'enveloppe pour un ste n'atteignant pas le niveau requis dans le cahier des charges ou l'appel d'offres. Comme on dit trivialement : ça calme ;-)

Au cours du débat qui a suivi, l'intervention d'un prestataire proposant une solution technique m'a donné l'occasion d'insister sur le fait que la mise en conformité aux standards de structure et d'accessibilité et la mise en place de couches techniques de faciliation de l'accès aux contenus ne sont pas des solutions antinomiques, mais complémentaires. On a vite fait de les opposer, pas seulement pour des raisons de philosophie, mais également pour des raisons économiques (en poussant essentiellement sur le respect des standards, je ne fais peut-être pas exception à la règle ;-)

La journée s'est terminée sur une restitution finale du contenu des deux ateliers de ce jour par leurs animateurs, à savoir Jacques-François Marchandise, toujours aussi brillant pour isoler les enjeux stratégiques des problématiques technologiques et moi-même.

Bref, une bien bonne journée, qui montre que le sujet de l'accessibilité avance, même s'il n'est pas simple à appréhender, et alors même qu'autant d'idées fausses circulent sur la question. Lorsque l'un des participants m'a indiqué en fin de journée qu'il avait apprécié, mais qu'il repartait de l'atelier avec plus de questions que de réponses, je me suis dit qu'on avait sans doute pas été mauvais : l'accessibilité, comme pas mal d'autres sujets consiste d'abord à se poser les bonnes questions. Sauter directement aux réponses sans passer par la phase de questionnement, c'est l'assurance de passer à côté des enjeux ou de les découvrir par hasard ;-).

A bientôt Elie Sloïm

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page